Orcus Chtulhu et ... Nous

Forum du club de jeux de rôle : Orcus, chtulhu et Nous
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 pic nourricier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Nombre de messages : 63
Date d'inscription : 27/05/2007

MessageSujet: pic nourricier   Mer 19 Mar - 0:10

Je pense qu'une grosse crise alimentaire à l'échelle mondiale se prépare ...



- Métro 18/03/2008 : Crise du pain en Egypte : le président moubarak a ordonné à l'armée d'augementer la production et distribution de pain afin de remédier aux pénuries à l'origine d'émeutes qui ont fait au moins deux morts. La demande de pain subventionné progresse régulièrement en egypte depuis quelques mois. Le pain au prix normal inaccessible pour la moitié de la population.

- Le Soir 13/03/2008 : Les prix flambent, la famine menace :

Le riz, le blé, le soja... la flambée continue du prix des matières agricoles devient un problème majeur pour les pays en voie de développement. Les populations ont de plus en plus de difficultés à se nourrir. Des pays qui n'avaient plus connu la famine depuis des dizaines d'années voient le spectre de la faim réapparaître. En Asie notamment, où deux aliments de base - le riz et le soja - ont atteint ces dernières semaines

des prix records. Face à la perspective de voir la population se soulever, les gouvernements tentent de trouver des solutions : certains subventionnent massivement les aliments au risque de vider leurs caisses, les pays producteurs augmentent les taxes à l'exportation pour garder riz et céréales à l'intérieur du pays et parvenir à stabiliser les prix (Chine, Vietnam, Inde ...)tandis que les pays qui ne sont pas autosuffisants suppriment leur taxe à l'importation, espérant ainsi attirer des vendeurs, de plus en plus rares. C'est le cas de pays comme les Philippines ou le Bangladesh (voir ci-dessous) qui ont toutes les difficultés à pouvoir encore assurer leur approvisionnement en riz. « Tous les gouvernements asiatiques connaissent l'étroite relation entre stabilité politique et stabilité des prix du riz, explique Jonathan Pincus, chef économiste du Programme alimentaire mondial des Nations unies au Vietnam, c'est pourquoi chacun fait tout pour maintenir cette stabilité. » L'Indonésie a par exemple baissé ses taxes à l'importation sur le soja suite à une manifestation de 10.000 personnes, protestant contre les prix élevés du tofu. Le Pakistan a lui réinstauré une carte de rationnement pour fournir de la nourriture à un prix subsidié à 7 millions de ménages. En

Egypte, le gouvernement a dû étendre la liste des bénéficiaires du pain à prix subsidié. Sa facture a augmenté de 820 millions de dollars à 2,45 milliards. Paradoxalement, l'aide humanitaire pour les pays en situation de famine pourrait diminuer. En cause toujours, la hausse des prix de la nourriture. « Si le montant des dons reste inchangé, nous allons devoir diminuer les rations de nourriture ou même le nombre

de bénéficiaires, expliquait au Financial Times Josette Sheeran, du Programme alimentaire mondial. Et ce alors que les besoins augmentent. La famine est maintenant en train d'affecter une série de pays qui jusqu'ici ne connaissaient pas de situation urgente, comme l'Indonésie, le Yemen, le Mexique... »

- Le soir 13/03/2008 : Le prix record du riz sème la désolation au Bangladesh

Après l'Afrique de l'Ouest, secouée par des émeutes protestant contre le coût exponentiel des céréales, l'Asie à son tour craint le pire pour ses centaines de millions d'habitants.

Le 7 mars dernier, lors de la dernière cotation, la tonne du précieux grain blanc se négociait même à 535 dollars, en hausse de 150 dollars par rapport au 1er janvier. « Jusqu'à l'année dernière, la Thaïlande avait

d'énormes stocks publics de riz qui aidaient à stabiliser les prix du marché. Aujourd'hui, ils ont disparu. », esquisse en guise d'explication Concepcion Calpe, économiste en chef à la FAO, l'Organisation

des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture.
Les autorités indiennes, redoutant aussi une inflation du prix du riz en Inde, interdisent depuis quatre jours à toute compagnie exportatrice privée de vendre du riz au Bangladesh à moins de 650 dollars la tonne. Plusieurs centaines de camions sont bloqués aux différents postes frontières entre l'Inde et le Bangladesh. Autres conciliabules diplomatiques en perspective...

Dans les bazars de Dhaka, le riz vaut aujourd'hui deux fois plus cher qu'il y a un an. Chaque jour, dès lors, du matin jusqu'au soir, des files se forment devant les nombreux points de vente de produits subventionnés

Un ancien ministre du Commerce, Tofail Ahmed, résumait bien la situation, il y a deux jours : « Si le gouvernement ne fonctionnait pas sous le couvert de l'état d'urgence, les gens seraient déjà descendus dans la rue. »

Rice price surges to 20-year high

Exports restricted as shortages bite
Latest evidence of global food inflation

Rice prices have surged to a 20-year high in the latest sign of global food inflation, creating policy headaches in Asia where more than 2.5bn people depend on cheap and abundant supplies of the grain.

"If history is any indicator, we should be worried because rice shortages have in the past led to civil unrest,"

US rice in Chicago - the benchmark for the world's fourth largest exporter of the grain - jumped yesterday to a record $18.10 per hundredweight ($400 per metric tonne), up about 75 per cent in the past year.

High prices and extremely tight supplies led leading rice suppliers - including Vietnam, India and Egypt - to restrict exports in recent months in an attempt to keep local markets well supplied and domestic prices

under control.

Experts have attributed the surge in rice prices to bad weather that has hit supply; urbanisation that has cut the acreage given over to the grain; and strong demand on the back of rapid income growth in China,

India and other Asian countries. In spite of a record crop of about 420m tonnes in the current season, global rice supplies are lagging behind demand, which has risen to 423m tonnes, leading to a further decline in global rice inventories, according to the US Department of Agriculture.

Asia, where most of the world's rice is consumed, has not known famines since the 1970s, and recent price rises for rice and other basic foodstuffs have sparked unrest.

FINANCIAL TIMES (THE) 04/03/2008


Denrées agricoles déficitaires



L i indice GSCI Agriculture (composé à 65 % de céréales) est à ses plus hauts niveaux historiques depuis 2000, progressant de plus de 40 % en l'espace d'un an. Parmi l'ensemble des matières premières,

seuls le plomb et le palladium parviennent à faire mieux que le blé, le maïs ou le soja. Depuis l'été 2007, les marchés anticipent davantage de risques de pénurie :1e niveau de stocks a diminué alors que la demande

continue de progresser.

Le déséquilibre offre/demande a été conjoncturellement entretenu par la baisse des rendements agricoles et les conditions climatiques (sécheresses en Australie et grands froids en Europe de l'Est en 2006-

2007) qui ont contribué à réduire les surfaces agricoles exploitables. Mais la diminution des surfaces arables est aussi structurelle en raison de l'urbanisation, et notamment celle des pays émergents, qui a le plus pesé sur le secteur agricole. Par ailleurs, l'augmentation du niveau de vie de ces pays s'est accompagnée de changements dans leurs habitudes alimentaires, amplifiant la consommation de viande et donc de protéines végétales utilisées pour l'alimentation des bovins. La Chine est devenue le plus gros importateur mondial de graines de soja, absorbant plus d'un tiers des exportations mondiales. Les niveaux d'inventaire sur le blé et le maïs n'ont jamais été aussi bas depuis 10 ans ; l'Inde est d'ailleurs entrée dans un processus de reconstitution de stocks.

depuis deux ans, la moitié de la croissance de la consommation mondiale de graines de soja est imputable aux biocarburants européens et américains. Malgré la forte hausse des derniers mois, le potentiel d'appréciation reste important en raison du déséquilibre structurel de l'offre et de la demande. Un retour vers les plus hauts historiques corrigés de l'inflation observés dans les années 70 justifierait des hausses de 100 % à 230% sur le blé, le maïs et le soja... Diversifier les portefeuilles sur les matières premières agricoles est donc particulièrement intéressant.

ECHO (L') 01/03/2008



prix de l'alimentaire : le soja monte bien !

L'année commence en fanfare.Après avoir battu un record vieux de 34 ans, à 13,015 dollars, le 4 janvier sur le Chicago Board of Trade - soit une hausse de 75 % en un an -, le boisseau de soja devrait

encore gagner 60 % en 2008




Pic des céréales ? [ndw : un peu plus long] (source : l'écho 19/09/2007, rapport de l OCDE sur le niveau des céréales, + autres sources)

On vient de se remettre du choc de l'annonce du pic pétrolier et gazier, on apprend que le charbon ne restera pas beaucoup plus longtemps et que l'uranium peut-être même moins !

Voici un nouveau candidat pour avoir aussi son pic : la production céréalière !

Le cycle de hausse des matières premières semble entrer dans une nouvelle phase, celle des denrées agricoles. Selon l'indice qui leur est consacré par S&P et Goldman Sachs, leur return

total a progressé de 43% en l'espace de 12 mois, soit quasi 5 fois plus que le return dégagé par l'ensemble des matières premières. Dans le cas du blé, la prestation se monte même à +57,5%!

Une surperformance qui est particulièrement notable par rapport à l'énergie (-15,93%), aux métaux industriels (+10%) et précieux (+5%). Si ces trois segments ont été les principaux bénéficiaires du cycle

haussier des matières premières engagé en 2001, c'est aujourd'hui, semble-t-il, aux denrées agricoles (+26%) de prendre le relais. Ce qui relance les craintes évoquées par Merrill Lynch (lire «L'Echo» du 16

mai) de l'émergence de l'«agflation"

les prix des denrées agricoles restent très influencés par l'impact climatique sur les récoltes. Mais à trop se braquer sur cet élément, on finit par occulter l'essentiel: l'accroissement de la demande des produits

agricoles et de l'énergie est étroitement lié à l'essor industriel et démographique de pays comme la Chine et l'Inde (l'Asie compte près de 3 milliards de bouches à nourrir!) et au développement du marché

des biocarburants qui ont pour effet de diminuer les surfaces cultivables destinées à l'alimentation et rendre plus problématique la gestion de l'eau.

Selon les statistiques de l'USDA, les stocks de blé et de maïs ne seraient plus en mesure de satisfaire que 49 et 68 jours de consommation mondiale, contre près de 130 et 120 jours au début des années 2000.

l'Inde, bien que deuxième producteur mondial de blé, a lancé sept appels d'offre à l'import depuis février 2006

les prix du blé, mais c'est également valable p o u r d'autres céréales comme le maïs, se traitent à des niveaux qui restent, en terme réels, très éloignés de leurs sommets de 2004, ils disposent d'une indéniable marche de manoeuvre. Selon Michael Lewis, responsable de la recherche en matières premières auprès de la Deutsche Bank, «le blé et le maïs ont, à cet égard, un potentiel d'appréciation de 140% et 270%.»

En 1972, les consomateurs des pays du G7 pouvaient acheter, en moyenne, 2.200 boisseaux de blé et 3.200 boisseaux de maïs par an. En 2005, leur pouvoir d'achat avait grimpé, grâce à un quintuplementdes gains de productivité du secteur agricole, à 11.500 boisseaux de blé et 18.000 boisseaux de maïs!» Sous cet angle, il faudrait donc que les prix du blé s'apprécient de 160% pour retrouver le pouvoir d'achat moyen qui était en vigueur au sein du G7 en 1972-1982.

Si c'est actuellement particulièrement flagrant dans le cas du blé (+57%) ou du soja (+20% depuis janvier), cela pourrait l'être bientôt pour, notamment, le sucre, le maïs, ou le cotton. Le sucre (-20% cette année),

qui constitue la première source d'ethanol, n'a jamais été aussi bon marché par rapport au pétrole: les investisseurs peuvent acquérir près de 7 contrats à terme sur le sucre contre un pour le pétrole brut. De même, le maïs (-21%), qui a connu cette année sa plus forte contraction de prix depuis 1998, ou le cotton qui enregistre la pire performance de toutes les matières premières sur trois ans (- 52%), font figure de denrées agricoles particulièrement bon marché

L'investisseur désireux de jouer cette carte peut compter sur plusieurs exchange traded commodity (ETC) récemment lancés par ETF Securities et qui permettent de miser sur les «futures» liés aux denrées agricoles ou céréales, ou de choisir des céréales individuelles sur Je marché physique. Sinon, il existe aussi des Exchange traded fund (ETF), des fonds indiciels chargés de répliquer la performance

d'indice sur matières premières. On songe, notamment, à l'ETF PowerShares (+10% depuis début mai) voué à se calquer sur l'indice de la Deutsche Bank DBLCI mesurant le return excédentaire des denrées agricoles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ocn-mons.2mo-rpg.com
Admin
Admin


Nombre de messages : 63
Date d'inscription : 27/05/2007

MessageSujet: Re: pic nourricier   Mer 19 Mar - 0:25

As the Nobel Prize-winning economist Amartya Sen has observed that "there is no such thing as an apolitical food problem." While drought and other naturally occurring events may trigger famine conditions, it is government action or inaction that determines its severity, and often even whether or not a famine will occur. The 20th century is full of examples of governments undermining the food security of their own nations – sometimes intentionally.

source : http://en.wikipedia.org/wiki/Food_security



Carte de la faim dans le monde

source : http://www.fao.org/es/ess/faostat/foodsecurity/FSMap/map14_en.htm

Carte de la quantité de calories ingèrées dans le monde

source : http://www.fao.org/es/ess/faostat/foodsecurity/FSMap/map7_en.htm

(SOFI) 2006 estimates 842 million people suffer chronic hunger. In 19 developing countries, the number of hungry dropped by 80 million over ten years. But in developing nations overall, hunger is on the rise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ocn-mons.2mo-rpg.com
Admin
Admin


Nombre de messages : 63
Date d'inscription : 27/05/2007

MessageSujet: Re: pic nourricier   Mer 19 Mar - 0:33

Crise alimentaire à l’horizon!
Publié le janvier 6, 2008 par ethiksolutions
Donald Coxe, stratège de la BMO ne s’inquiète plus d’une crise du pétrole (car on serait carrément dedans!). Il est convaincu que nous sommes sur le point de vivre une crise alimentaire sans précédent! Vous avez bien lu. L’augmentation des coûts de carburant rend l’agriculture hors de prix pour les paysans et gouvernements de pays en voie de développement ou nouvellement développés. Les denrées de base ont même connues une hausse de 22% en 2007. A lui seul, le prix du blé a connu une hausse vertigineuse de 92%.
Monsieur Coxe est catégorique, cette crise alimentaire mondiale va se produire. Les effets combinés du resserrement du crédit (credit crunch subprime) d’un baril à plus de 100 dollars et de la chute du dollar US, nous conduira à cette catastrophe. La question n’est pas de savoir si ça se produira mais, QUAND cela va arriver? L’ampleur de cette crise sera, toujours selon Coxe, du jamais vu dans l’histoire moderne. La demande pour les produits de base dépassent déjà l’offre. Les produits laitiers et les viandes, surtout consommés par la classe moyenne, deviendront des raretés. Il faut préciser que la classe moyenne chinoise et indienne vit de plus en plus à la façon occidentale et cela ne fait qu’accentuer les menaces de crise. Le grand défi global ne sera pas d’avoir suffisamment de carburant mais, suffisamment de nourriture pour tous! Pour ralentir les effets dévastateurs des famines à venir, nous serons bien obliger d’utiliser des fertilisants chimiques, des OGM et autres technologies pas toujours écologiques. L’heure des choix, s’annonce difficile!



source : http://ethiksolutions.wordpress.com/2008/01/06/crise-alimentaire-a-lhorizon/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ocn-mons.2mo-rpg.com
Admin
Admin


Nombre de messages : 63
Date d'inscription : 27/05/2007

MessageSujet: Re: pic nourricier   Mer 19 Mar - 0:44

Crise alimentaire en Guiné-Bisao : conjonction de catastrophe naturelle et catastrophe politique

http://www.reliefweb.int/rw/RWB.NSF/db900SID/JFRN-6YSPLQ?OpenDocument
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ocn-mons.2mo-rpg.com
Admin
Admin


Nombre de messages : 63
Date d'inscription : 27/05/2007

MessageSujet: Re: pic nourricier   Mer 19 Mar - 0:52

Au vénézuéla :

source : http://www.voltairenet.org/article145808.html

attention : ndw : l'article me semble un peu trop à gauche dans ses interpétations mais les faits sont là.

extraits :

Soutenus par Washington, les grands propriétaires du Venezuela ont entrepris de déstabiliser la République bolivarienne en provoquant une crise alimentaire. Un cartel agroalimentaire organise la pénurie. Les prix au détail ont augmenté jusqu’à 245 %, selon les produits. Le président Hugo Chávez envisage de nationaliser cette filière.

Après le coup d’État d’avril 2002 et le sabotage pétrolier de décembre 2002, l’élite souhaite provoquer une crise alimentaire et déclencher des troubles dans le pays.

Ainsi, les prix se sont accrus en moyenne de 66% et, dans certains cas, ont plus que doublés. Par exemple, le prix du poulet a subi une inflation de 110% et celui du fromage de 245%
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ocn-mons.2mo-rpg.com
Admin
Admin


Nombre de messages : 63
Date d'inscription : 27/05/2007

MessageSujet: Re: pic nourricier   Mer 19 Mar - 0:56

LA CRISE ALIMENTAIRE AU NIGER : APPROCHE STRATEGIQUE ET PLAN D'ACTION Pour la période: Août - Décembre 2005

source :
http://www.who.int/hac/crises/ner/background/2005/Plan_orientation_21aout05.pdf

Selon le Rapport Mondial sur le Développement Humain 2004 du PNUD, le Niger, avec 46,2 ans
d’espérance de vie à la naissance, est classé en 176ème position sur 177 sur l'échelle du
développement humain. L’état de santé des enfants reste caractérisé par une forte mortalité des
moins de 5 ans (274 pour 1 000). En temps normal, la malnutrition, modérée et sévère, touche 39%
des enfants.

La population du Niger est touchée par une crise alimentaire, résultat à la fois des mauvaises récoltes
de l’année passée et de l’invasion acridienne. Le déficit se concentre particulièrement dans les zones
les plus pauvres et les plus vulnérables des régions agro pastorales de Tillabéri, Tahoua, Maradi,
Diffa, Agadez, Zinder et Dosso.
Plus de 1,5 millions de personnes sont directement touchées par la crise alimentaire, dont 800 000
enfants de moins de 5 ans. Parmi ces derniers, 160 000 sont malnutris modérément et 32 000
sévèrement.


Communiqué de presse Oxfam – 03 Août 2005
Les pays riches négligent la crise alimentaire au Mali
Plus d’un million de personnes au Mali risquent de faire face à une importante crise alimentaire qui grandit en Afrique de l’ouest alors que les pays riches ne répondent toujours pas aux appels de fonds d’urgence, souligne aujourd’hui Oxfam.

Afrique de l'Ouest - crise alimentaire
http://www.oxfam.org/fr/programs/emergencies/wafricafoodcrisis/index.htm
http://www.fao.org/newsroom/fr/news/2005/105443/index.html
Une grave sécheresse, suivie d’une invasion de sauterelles, a dévasté les récoltes et plongé des régions entières d'Afrique de l’ouest dans la crise, en particulier le Niger, le Mali et la Mauritanie. Rien qu’au Niger, plus de trois millions de personnes font face à la famine - 800.000 d'entre elles sont des enfants. La sécheresse commence également à affecter des zones énormes d'Afrique australe. Oxfam s’occupe déjà de 130.000 personnes au Niger et d'autres à travers la région.


Dernière édition par Admin le Mer 19 Mar - 1:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ocn-mons.2mo-rpg.com
Admin
Admin


Nombre de messages : 63
Date d'inscription : 27/05/2007

MessageSujet: Re: pic nourricier   Mer 19 Mar - 0:57

Source: CARE

Date: 08 Feb 2008
Print E-mail Save Crise alimentaire au Kenya : CARE tire la sonnette d’alarme
Après plus d'un mois de conflit suite aux élections de décembre dernier, le Kenya doit aujourd'hui faire face à une grave crise alimentaire. CARE tire la sonnette d'alarme : il est indispensable d'intervenir dans les 15 prochains jours si l'on ne veut pas que ce pays plonge dans une situation plus dramatique encore.

De nombreux fermiers ont fui. Par conséquent, environ 20 % des cultures de maïs n'ont pu être récoltées et sont d'ores et déjà perdues. Les combats et les déplacements de populations ont rendu le stockage des récoltes très problématique. De plus, les populations n'ont souvent eu d'autre choix, pour survivre, que de se nourrir des semences destinées à la culture.


Depuis le début des hostilités déjà, le prix des plats à base de mais a augmenté de 50 % dans les bidonvilles de Nairobi, et jusqu'à 300 % dans ceux de Kisumu, 3e plus grande ville du pays.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ocn-mons.2mo-rpg.com
Admin
Admin


Nombre de messages : 63
Date d'inscription : 27/05/2007

MessageSujet: Re: pic nourricier   Mer 19 Mar - 1:01

Menace de crise alimentaire en Somalie
Sécheresse et tension militaire aggravent l’insécurité alimentaire
26 juillet 2006, Rome – Une nouvelle crise humanitaire pointe en Somalie où l’insuffisance des pluies et la tension au plan militaire menacent la sécurité alimentaire de 2,1 millions de personnes, met en garde aujourd’hui la FAO.

"La Somalie est en pleine crise. Une aggravation de la tension et du conflit en cours serait désastreuse", a déclaré M. Henri Josserand, responsable du Système mondial d’information et d'alerte rapide (Smiar) de la FAO. "Nous surveillons la situation de très près", a-t-il ajouté.

Pour la troisième saison consécutive, la principale récolte de céréales en août sera faible du fait de l’insuffisance des pluies durant la principale saison humide qui s’étend d’avril à juin.

Dans le même temps, la tension croissante entre les fractions armées en conflit et les derniers développements militaires autour de Baidoa menacent la situation alimentaire dans le pays.

Hausse des prix

Les prix des denrées alimentaires de base sur la plupart des marchés du sud du pays ont augmenté de 30 pour cent depuis la fin de l’année dernière. Anormalement élevés en ce moment, ces prix sont hors de portée du pouvoir d’achat des ménages pauvres.

De récentes enquêtes nutritionnelles dans la région ont révélé des taux de malnutrition aiguë élevés allant de 16,2 à 23,8 pour cent et des taux de forte malnutrition allant de 3,7 à 4,2 pour cent.

http://www.fao.org/newsroom/fr/news/2006/1000372/index.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ocn-mons.2mo-rpg.com
Admin
Admin


Nombre de messages : 63
Date d'inscription : 27/05/2007

MessageSujet: Re: pic nourricier   Mer 19 Mar - 1:03

BERD et FAO préconisent des mesures énergiques face à la flambée des prix alimentaires
http://www.fao.org/newsroom/fr/news/2008/1000808/index.html


En Europe de l’Est, un potentiel agricole inexploité à remettre en valeur
10 mars 2008, Rome/Londres - Face à l’escalade des prix alimentaires dans le monde, des responsables gouvernementaux d’Europe de l’Est et de l'ancienne Union soviétique examinent avec des dirigeants de l'agroalimentaire privé des propositions pour renforcer les investissements agricoles et débloquer le potentiel inexploité de l'agriculture dans leur région.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ocn-mons.2mo-rpg.com
Admin
Admin


Nombre de messages : 63
Date d'inscription : 27/05/2007

MessageSujet: Re: pic nourricier   Mer 19 Mar - 1:08

Fiche technique - juillet 2002
Malawi— Crise alimentaire, réserve stratégique de céréales et rôle du FMI
Les mauvaises récoltes et les pénuries alimentaires enregistrées récemment dans un certain nombre de pays d'Afrique australe, dont le Malawi, sont dues en partie aux conditions météorologiques défavorables qu'a connues la région. Mais les causes des pénuries alimentaires au Malawi, plus complexes, mettent aussi en jeu les carences des systèmes d'alerte rapide créés par les pouvoirs publics, les distorsions causées sur le marché intérieur et les erreurs commises dans la gestion des réserves alimentaires.


Les prix à la production étaient très bas en 2000/01 lorsque le gouvernement a vendu ses réserves de céréales sur le marché après une excellente récolte. Cela a entraîné une contraction de la production car les agriculteurs ont manqué de ressources pour acheter engrais et semences, et l'on a enregistré des défauts de paiement sur les crédits à l'agriculture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ocn-mons.2mo-rpg.com
Admin
Admin


Nombre de messages : 63
Date d'inscription : 27/05/2007

MessageSujet: Re: pic nourricier   Mer 19 Mar - 1:10

Swaziland: Les stratégies de survie ne suffisent plus face à la crise alimentaire

UN Integrated Regional Information Networks

17 Octobre 2007
Publié sur le web le 18 Octobre 2007

Face à une crise alimentaire qui s'aggrave, les organismes d'aide humanitaire et le gouvernement swazi se débattent pour éviter une catastrophe majeure, et de plus en plus de Swazis n'ont d'autre choix, pour s'en sortir, que de réduire considérablement leur consommation alimentaire et de parcourir les champs à la recherche d'herbes sauvages comestibles.
Environ 40 pour cent du million d'habitants que compte le Swaziland sont confrontés à de graves pénuries d'eau et de nourriture. Pour survivre malgré le peu de nourriture disponible, la plupart d'entre eux réduisent leur faible consommation,

La sécheresse qui perdure depuis 2002 s'est considérablement aggravée en 2007, tandis que le VIH/SIDA réduisait la production alimentaire en emportant des paysans adultes et des chefs de famille. Selon les estimations des Nations Unies, 33,4 pour cent des Swazis âgés de 15 à 49 ans sont séropositifs - le taux de prévalence du VIH le plus élevé du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ocn-mons.2mo-rpg.com
Admin
Admin


Nombre de messages : 63
Date d'inscription : 27/05/2007

MessageSujet: Re: pic nourricier   Mer 19 Mar - 1:13

http://usinfo.state.gov/xarchives/display.html?p=washfile-french&y=2002&m=December&x=20021218165923Place@pd.state.gov0.1011011

Dans les six pays d'Afrique australe les plus touchés (Lesotho, Malawi, Mozambique, Swaziland, Zambie et Zimbabwe), les réserves de vivres que les populations menacées avaient constituées entre avril et juin, durant la saison des récoltes, sont en grande partie épuisées. Le Programme alimentaire mondial (PAM) prévoit désormais que 14,4 millions de personnes au lieu de 13 millions risquent d'être touchées au début de 2003.

Une autre crise alimentaire se fait jour dans la région de la Corne de l'Afrique où l'on compte que 15 millions de personnes, en Ethiopie et en Erythrée, seront menacées en 2003

L'Erythrée se heurte à une grave situation au plan alimentaire qui s'aggravera encore en 2003. La production agricole pourrait y être réduite de 70 % par rapport à 2001.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ocn-mons.2mo-rpg.com
Admin
Admin


Nombre de messages : 63
Date d'inscription : 27/05/2007

MessageSujet: Re: pic nourricier   Ven 18 Avr - 21:42

En Haïti, plus de cinq personnes ont été tuées, environ deux cent blessées et de nombreux dégâts matériels enregistrés lors d'émeutes de la faim qui ont également sévèrement touché ces derniers mois la Mauritanie, le Cameroun, la Côte d'Ivoire, le Burkina et le Sénégal notamment.

http://fr.news.yahoo.com/afp/20080418/tsc-onu-fao-alimentation-inflation-pauvr-c2ff8aa.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ocn-mons.2mo-rpg.com
Admin
Admin


Nombre de messages : 63
Date d'inscription : 27/05/2007

MessageSujet: Re: pic nourricier   Lun 5 Mai - 23:45

By MOHAMED OLAD HASSAN, Associated Press Writer
1 hour, 15 minutes ago




MOGADISHU, Somalia - Troops fired into tens of thousands of rioting Somalis on Monday, killing two people in the latest eruption of violence over soaring food prices around the world.

ADVERTISEMENT

Wielding thick sticks and hurling stones that smashed the windshields of several cars and buses, the rioters jammed the narrow streets of the Somali capital, screaming, "Down with those suffocating us!"

In Mogadishu, protesters including women and children marched against the refusal of traders to accept old 1,000-shilling notes, blaming them and a growing number of counterfeiters for rising food costs.

Within an hour, a reporter for The Associated Press watched their ranks swell to tens of thousands, and the riot spread to all 13 districts of the capital. Some threw rocks at shops and chaos erupted at the capital's main Bakara market.

Hundreds of shops and restaurants in southern Mogadishu closed for fear of looting. At least four other people were wounded in the violence, witnesses said.

The price of rice and other staples has risen more than 40 percent since mid-2007, leading to protests and riots in other nations, including Haiti, Egypt, Cameroon and Burkina Faso.

The Asian Development Bank said Monday that a billion poor people in Asia need food aid to help cope with the skyrocketing prices. And the president of Senegal said the United Nations' Food and Agriculture Organization should be dismantled, calling it a "money pit" and blaming it for the food crisis.

Soaring fuel prices, growing demand from the burgeoning middle classes in India and China and poor weather have contributed to a jump in food prices worldwide. Africa has been particularly hard-hit.

In Mogadishu, the price of corn meal has more than doubled since January. Rice has risen during the same period from $26 to $47.50 for a 110-pound sack.

The cost of food has also been driven up by the plummeting Somali shilling, which has lost nearly half its value against the U.S. dollar this year because of growing insecurity and a market clogged with millions of counterfeit notes. The shilling has tumbled from about 17,000 per U.S. dollar to about 30,000.

"First we have been killed with bullets, now they are killing us with hunger," said protester Halima Omar Hassan, a porter who hefts goods for people on her back. At the riot Monday, witnesses said troops opened fire in at least two areas of the capital, though most soldiers were firing into the air.

One man shot by the troops died on the way to an operating room at the capital's main hospital, Dr. Dahir Dhere said.

And Abdinur Farah, a protester, said his uncle was hit when government troops opened fire and died before he could reach a hospital.

"He was just peacefully expressing his feelings," said Farah, who was marching with his uncle, his uncle's two wives and his uncle's six children. "It is saddening that the very government which is supposed to support him, killed him."

Somalia has been without a functioning government since the 1991 overthrow of dictator Siad Barre.

Over the past year, thousands of civilians have been killed and hundreds of thousands forced from homes in fighting pitting Islamist insurgents against a U.N-sponsored transitional government supported by troops from neighboring Ethiopia.

The U.N. food security unit warned last week that half of Somalia's population of 7 million faces famine. It blamed an enduring drought as well as soaring food prices.

In a statement late Sunday, Senegal President Abdoulaye Wade said he had long called for the U.N.'s Food and Agriculture Organization, a separate U.N. agency, to be moved from Rome to Africa, "near the 'sick ones' it pretends to care for."

But, "This time, I'm going further: It must be eliminated," he said.

Wade suggested its assets be transferred to the U.N. International Fund for Agricultural Development, which he said was more efficient, and that that agency set up headquarters in Africa "at the heart of the problem." The FAO declined comment.

Wade's government in Senegal, in western Africa across the continent from Somalia, responded to protest marches by securing a deal with India that ensures Senegal's needs of 600,000 tons of rice a year are met for the next six years.

In Burkina Faso, the government eliminated duties and taxes on rice, salt, milk and all products used to prepare food for children.

___

Associated Press Writer Todd Pitman contributed to this report from Dakar, Senegal
http://news.yahoo.com/s/ap/20080505/ap_on_re_af/somalia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ocn-mons.2mo-rpg.com
Admin
Admin


Nombre de messages : 63
Date d'inscription : 27/05/2007

MessageSujet: Re: pic nourricier   Dim 25 Mai - 10:27

http://news.yahoo.com/s/afp/20080525/bs_afp/japaninflationpovertyfood_080525025021
by Shingo Ito Sat May 24, 10:50 PM ET

TOKYO (AFP) - World leaders looking for ways to ease global food shortages may have found one answer in warehouses dotted around Japan where a rice mountain is standing idle.
ADVERTISEMENT

The United States is considering relaxing a trade agreement between the world's two largest economies to allow Japan to sell imported US rice on the global market.

Tokyo is already preparing to ship 200,000 tonnes to the Philippines, but that is just a fraction of the 1.5 million tonnes of imported foreign rice that is stored in sacks piled high in air-conditioned government warehouses.

"We have a big stockpile of Japanese rice, so we can export rice for poor people worldwide to save their lives in an emergency," said Nobuhiro Suzuki, an agriculture professor at Tokyo University.

Rice, a staple food for the Japanese, was scarce following the end of World War II but as agricultural advances boosted global harvests, Japan erected barriers to protect its farmers.

Under pressure from heavyweight trading partners, Tokyo agreed in the early 1990s to open the door to a minimum amount of imports, and now accepts 770,000 tonnes of foreign rice every year.

To sell these stocks outside its domestic market, Japan is required to obtain approval from the exporting countries.

Vice farm minister Toshirou Shirasu told reporters last week that the government plans to respond to the Philippine request for rice "as quickly as possible" and would favourably consider other approaches.

Japan also announced Friday that it will send 20,000 tonnes of rice to developing countries in Africa and elsewhere from its stockpiles to help ease food shortages.

Manila said last week prices were softening on expectations that Japan would ship some of its stockpile and amid news of bumper world harvests for 2008.

One of the world's largest rice importers, the Philippines made the request as it scrambles to fill an expected 2008 production shortfall of 2.7 million tonnes amid rocketing grain prices worldwide.

But analysts say that unless Japan digs deeper into its rice mountain, it is unlikely to solve Manila's problems.

"If Japan provided only 100,000 or 200,000 tonnes, the impact could be limited," said Yukino Yamada, a commodities analyst at Daiwa Institute of Research.

The Philippines would need 600,000 tonnes from Japan on top of its imports from Pakistan and other countries, he said.

"The situation surrounding the rice industry has worsened since the cyclone hit Myanmar (a major producer)," Yamada added.

Imported rice, unpopular in Japan, often ends up in processed food or is kept until it deteriorates. It is then sold as livestock feed.

"To protect Japanese farmers, the government promised that imported rice will not go into Japanese direct consumption," said Professor Suzuki.

"Foreign rice, including California rice, will be used for secondary purposes like prepared food," he said.

About half of the imported rice stocks are from the United States, with the remainder mainly from Thailand and Vietnam.

Many Japanese view foreign rice as vastly inferior to its own, short-grain variety and there are few complaints about prices in the shops that are several times higher than in many overseas countries.

"I tried Thai rice once, but it's not my taste. I've never tried it since," said Katsue Watabe, a 42-year-old housewife in Kanagawa, southwest of Tokyo.

In addition to the mountain of imported rice, Japan is also boosting its reserve of domestic grain by about a third to one million tonnes as "emergency measures" to prop up domestic prices.

"Rice is the long-time staple of our diet and our stockpile is necessary for the security of people's life in case of famine," said Hirotaka Shoji, agricultural ministry official.

Global food prices have nearly doubled in three years, according to the World Bank, with experts blaming the soaring costs on trade restrictions, poor crop-growing conditions, higher energy and fertiliser tariffs and the rising production of biofuels that rely on staples such as corn.

The food crisis has sparked protests and even riots in some countries and export limits in others, hurting developing countries where food costs consume the lion's share of household income.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ocn-mons.2mo-rpg.com
Admin
Admin


Nombre de messages : 63
Date d'inscription : 27/05/2007

MessageSujet: Re: pic nourricier   Jeu 29 Mai - 2:32

http://news.yahoo.com/s/ap/20080528/ap_on_bi_ge/spam_sales
By EMILY FREDRIX, AP Business Writer
Wed May 28, 4:06 PM ET


Food prices are increasing faster than they've risen since 1990, at 4 percent in the U.S. last year, according to the Agriculture Department. Many staples are rising even faster, with white bread up 13 percent last year, bacon up 7 percent and peanut butter up 9 percent.

There's no sign of a slowdown. Food inflation is running at an annualized rate of 6.1 percent as of April, according to the Bureau of Labor Statistics.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ocn-mons.2mo-rpg.com
Admin
Admin


Nombre de messages : 63
Date d'inscription : 27/05/2007

MessageSujet: Re: pic nourricier   Jeu 16 Oct - 22:09

http://health.yahoo.com/news/reuters/us_food.html

The World Bank predicts that high food and fuel prices will increase the number of malnourished people in the world by 44 million this year to reach a total of 967 million

In Somalia, wheat prices have risen by 300 percent in the 15 months to April. Maize prices in southern Africa have risen by anywhere between 40 and 65 percent, crippling the ability of the poor to feed themselves, said aid group Oxfam.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ocn-mons.2mo-rpg.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: pic nourricier   

Revenir en haut Aller en bas
 
pic nourricier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orcus Chtulhu et ... Nous :: Ecologie-
Sauter vers: